Façade arrière et jardin du Musée

Façade arrière et jardin du Musée

samedi 4 avril 2015

Les collections


Déposées par plusieurs propriétaires, les collections représentent l’ensemble le plus riche et complet des arts décoratifs du XVIIIe siècle accessible au public en Belgique. Elles peuvent être divisées en deux parties: les productions namuroises et les œuvres étrangères. Parmi les premières, on distingue du mobilier, des œuvres décoratives et des objets utilitaires. Le meuble namurois, architectural et majestueux, s’inspire à la fois de la mode française et d’une tradition encore religieuse. Son décor appliqué témoigne de l’évolution des styles, du Baroque jusqu’au Louis XVI. Des meubles précieux français (cabinets, consoles, tables, commodes, fauteuils et chaises) sont conservés dans les salles du rez-de-chaussée.

Parmi les objets luxueux, une importante collection de cafetières, chocolatières, aiguières et autres sucriers, œuvres des plus talentueux orfèvres namurois, témoignent de la diversité des ustensiles domestiques et du raffinement des habitudes de la table. Un bel échantillonnage de l’art de la coutellerie namuroise des XVIIIe et XIXe siècles complète cette panoplie.

De la même époque, le musée conserve d’exquises pièces de cristallerie. Namur fut en effet le centre verrier le plus important du pays, et les noms prestigieux des verreries Zoude et de Vonêche sont internationalement reconnus. Des coupes, plats, carafes, verres, bonbonnières mais aussi une série remarquable de pendules en cristal taillé et bronze doré ainsi que des lustres étincelants, agrémentent les diverses salles de l’hôtel. Signalons également d’heureux témoins des faïenceries d’Andenne et de Saint-Servais, parmi lesquelles des groupes charmants animés d’enfants et de couples galants attribués au célèbre artiste français Jacques Richardot, qui passa quelque temps à Namur en 1786[6].

Des productions d’autres artistes reconnus enrichissent un peu plus encore les collections du musée, tel un bel ensemble de terres cuites et de marbres du sculpteur Laurent Delvaux, attaché au service du gouverneur autrichien Charles de Lorraine, le moulage d'un buste de Vauban par Coysevox, sculpteur officiel de Louis XIV, une grande esquisse du célèbre peintre ornemaniste italien Giambattista Tiepolo, des tableaux de fleurs de Pierre-Joseph Redouté, professeur de dessin de Marie-Antoinette, ainsi qu’un portrait du roi Soleil attribué à Hyacinthe Rigaud.

Un parcours chronologique, dès l’entrée, familiarise les visiteurs aux grands styles des XVIIe et XVIIIe siècles (du Louis XIII au Louis XVI). Deux nouvelles salles étendent les connaissances aux styles Empire et Napoléon III du XIXe siècle. Au départ d’une nouvelle alcôve consacrée à l’art religieux, la visite se poursuit au gré des thèmes représentatifs du XVIIIe siècle : les sciences, la littérature et la philosophie, la musique, la cuisine et l’art de la table, la beauté, la séduction et l’hygiène, les jeux et le divertissement, la vie publique et la vie privée ainsi que l’orientalisme. Le passé de Namur et notamment les tumultueux épisodes militaires subis par la ville au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles sont également illustrés.